Êtes-vous votre pire ennemi ? Libérez-vous de l’Auto Sabotage!

auto sabotageAuto-sabotage: Avez-vous l’impression parfois d’être votre pire ennemi ?

A quelles occasions  l’êtes-vous,  et pourquoi?

Et surtout quelle solution s’offre à nous !!!

L’auto-sabotage est l’ensemble de comportements, d’habitudes et d’attitudes qu’une personne possède, qui l’empêchent d’avoir la vie à laquelle elle aspire.

Ces comportements lui nuisent. Ils sont plus au moins conscient et pèsent lourd à l’heure de retrouver notre bonheur et notre liberté d’être, d’aimer, d’avoir des relations saines avec nous- même et avec les autres.

L’ auto saboteur est comparable à un virus interne : il crée la pagaille, la désinformation, le manque de clarté, la méfiance, le manque de confiance en nous- même. Un de ses symptômes les plus importants est qu’il nous empêche de mener à terme les décisions que nous avons prises :

C’est le cas par exemple du fumeur en phase d’arrêter de fumer: il sait que la cigarette nocive pour lui : elle le fait tousser, lui coupe le souffle. Aussi a –t-il décidé d’arrêter. Mais dès quelques heures seulement pour certains, quelques jours pour d’autres, une voix lui chuchote à l’oreille: “Tu n’y arriveras pas” “C’est trop dur” “Ce n’est pas le moment”, “et comment évacuer ton stress? ” Tous les fumeurs voulant arrêter que j’ai interrogés à ce sujet ont été unanimes.

Mais comprenez que cette voix, ce n’est pas nous : c’est celle de notre SABOTEUR en chef. Il s’est greffé en nous, et nous l’avons accueilli, nourri. Il nous manipule, nous donne des raisonnements très logiques et très élaborés pour nous éloigner de notre réalisation, car il travaille toujours contre nous.

 

Il joue de nos émotions.

Quelle est son arme la plus redoutable ?

La PEUR, surtout celle du changement.

Le saboteur est une création de notre EGO, car il craint le changement, générateur de souffrances importantes suite aux modifications, car elles mettent en péril nos certitudes et notre mode de vie.

Notre saboteur se sert aussi d’autres émotions toxiques comme: la culpabilité, le doute, l’inaction ou au contraire la suractivité, le jugement, les critiques, la colère, la violence, la lutte, la honte, les dépendances, l’enfermement …

Il se nourrit des peurs du rejet, de l’abandon, de la souffrance, de ne pas être aimé, d’être nié, de l’échec, du succès… et de bien d’autres.

auto sabotageL’ORIGINE de l’AUTO-SABOTAGE:

Comme les blessures, les systèmes de l’auto sabotage, se créent de mon point de vue, dès la naissance.

Elles trouvent parfois leur origine même avant, comme c’est le cas de la blessure de rejet. Celle-ci peut s’initier dès la conception, comme dans  l’exemple d’un enfant non désiré. Une personne rejetée va développer un auto saboteur en relation à sa blessure, avec comme caractéristique, l’enfermement sur soi. Il devient un individu solitaire qui a peur des autres, et vit dans la fuite.

J’ai rencontré ce type de personne rejetée,  dans la vie comme dans mes stages : l’envie était là d’aller vers les autres, d’avoir des relations. Mais face à eux, soit ils ont recours à la fuite, soit ils ne s’engagent pas dans la relation . Surtout ils créent inconsciemment des situations ou l’engagement est impossible, comme s’attirer quelqu’un de marié. Voilà la démonstration typique de l’ auto saboteur, en relation à la blessure de rejet.

Mais l’auto saboteur résulte aussi des messages négatifs dévalorisants, entendus de manière parfois répétée, dans l’enfance et l’adolescence, comme:

  • “Tu en est incapable”
  • “Cet enfant va mal finir”
  • “Tu ne sers à rien”
  • “Tu es méchant”
  • “Tu ne posséderas jamais rien”
  • “Tu es sale, abruti, idiot, égoïste, malpoli, capricieux…”
  • “On ne peut pas faire confiance aux hommes”
  • “La seule chose que veulent les femmes c’est l’argent”
  • “Le sexe hors du mariage, c’est un péché”

ou n’importe quelle phrase qui a servi à détruire, réduire notre confiance, notre valeur, notre vision de nous- même ou du monde qui nous entoure.

L’AUTO-SABOTAGE et les CHANTAGES

Si tu n’arrêtes pas de pleurer on quitte le parc !

Si tu ne manges pas tout…( d’ailleurs, les enfants que l’on force à manger, utilisent par la suite la nourriture comme mode de contrôle. ils mangent peu ou beaucoup. Cela fait partie de leur système d’auto sabotage. Ils font des régimes à répétition qu’ils n’arrivent pas à tenir.

Les étiquettes, les surnoms, les injonctions, les autoritarismes, les critiques, les humiliations, les punitions, les abus sexuels … vécus pendant l’enfance, de la part de personnes de confiance et aimées, comme nos parents, grand-parents, fratrie, éducateurs, conditionnent l’apparition des auto saboteurs.

Nous développons de cette façon une série d’ordres, des règles, d’auto censure, des jugements, des prohibitions, imposés à nous- mêmes et aux autres, qui nous emmènent sur un chemin de souffrances. Ils nous éloignent de notre vraie nature ( le bonheur, la joie, l’amour)

Le système de l’auto sabotage, est devenu notre moyen de défense, d’attaque, en réaction aux moments de crises, de stress.

Il réside dans notre système neurologique archaïque, logé dans notre cerveau reptilien. C’est notre réaction instinctive de fuir en cas d’attaque, le repli, la lutte.  Peut-être à certains moments ces réactions sont-elles nécessaires.  Sauf que nous nous conduisons de la même manière dans les différentes situations (en danger de notre couple par exemple) et nous faisons d’une expérience une généralité.

Prenons ainsi l’exemple d’ un enfant qui se sent envahi par sa mère : il développe une conduite évasive, qui va lui permettre de supporter la prison maternelle. Le fait est qu’il va établir une relation triangulaire mère=femme= invasion. Et chaque fois qu’il entrera en relation avec une femme, son auto saboteur le fera fuir pour survivre.

 

 

auto sabotage TYPES DE SABOTEURS

L’analyse des auto saboteurs, m’a conduite à la conclusion suivante : il existe plusieurs types de saboteurs selon les situations:

LA VICTIME : elle a peur de tout. Elle pleure facilement et recherche l’attention des autres. Elle se sent petite, fragile, le monde est pour elle  dangereux.

LE REJETÉ : il a peur des gens. Il défend son espace vital, se sent vite envahi, ne s’engage pas. C’est très courant chez les hommes

L’ABANDONNE : craintif, il a peur de ne pas être aimé, il est dépendant, C’est très courant chez les femmes, mais pas seulement

L’EXPERT : il est la voix de l’expérience. Il sait tout, ses arguments remplis de sens commun sont difficiles à battre.

LE JUGE : culpabilisateur.

L’ADOLESCENT : toujours en rébellion

LE RADIN : il n’aime pas dépenser, surtout pour l’inutile. Il supporte mal une dépense de plaisir : un resto par exemple.

LE PÈRE : il critique, donne des leçons, des conseils.

LE POLICIER : il nous observe et nous puni quand nous agissons hors notre loi.

LE CUREE ou LA NONNE: il ou elle n’aime pas la sexualité libre et heureuse. Elle donne honte, et peut nous punir avec une grossesse ou une maladie sexuellement transmissible voir l’impuissance ou frigidité.

Une infinité de personnages existe en nous, selon les situations.

Voici une anecdote personnelle. Elle concerne l’un de mes propres personnages : je suis une femme particulièrement volontaire et décidée, je suis affirmée. Et quand j’ai commencé à étudier mes “systèmes d’auto sabotage” j’ai pris conscience que mes propres caractéristiques comme celles que je viens de citer. Concernent ce personnage que j’ai nommé “Super Woman”.  Quand elle prend le contrôle, je vis totalement dans l’action. Ma partie yang qui ressort, je nie ma féminité, je contrôle tout, je sais tout, je suis multi taches.

Quand j’enfile mon costume de Super Woman, je peux, sans problème, faire à manger d’une main, pendant que je porte mon plus jeune fils de l’autre, un téléphone à l’épaule pour une discussion professionnelle. Je suis un poulpe, On pourrait me dire extraordinaire et en réalité je le suis! Sauf que ce comportement se retourne contre moi, par ce que je suis aussi, facilement impatiente, autoritaire, je parle d’une voix dure même à mes enfants, je ne supporte pas l’erreur. Pire je suis un homme sous couverture d’une femme.

Ce personnage m’a joué des tours incroyables, avec mes enfants, mes couples, mes collègues.

L’année dernier, j’ai fait un travail énorme avec lui. Il avait un tel pouvoir que quand je l’ai partiellement ‘débranché”, j’ai passé presque 6 mois dans l’inaction, dans le féminin passif. J’étais un peu perdue, j’ai pris mon temps, je savais que le ré équilibre serait inconfortable, mais nécessaire.

Une nouvelle version de moi a émergé des profondeurs de mon identité, SuperWoman n’est pas totalement “hors service” elle réparait de temps a autres. Je l’observe, cela la calme, un réapprentissage est nécessaire.

auto sabotage QUE FAIRE si vous vous AUTO-SABOTEZ ?

Même si les auto saboteurs sont devenus des passagers qui veulent conduire, une fois ils ont eu une fonction, ils représentent des manques (d’amour, d’attention, de respect, de communication…) Et il est très important de décoder le message qui se cache derrière leur apparence.

En l’écoutant, ils diminueront et finiront par disparaître. Car c’est leur objectif, de nous faire voir nos parties non travaillées laissées dans l’ombre.

 

 

 

Un exercice intéressant est:

1.- d’identifier un Auto Saboteur, L’ABANDONNE, par exemple.

2.- Déterminer sa fonction, et son besoin (à la recherche d’amour, de connexion)

3.- Comprendre : c’est une partie de moi qui a manqué d’amour a tel époque,

4.- Satisfaire avec une solution créative, en principe chercher l’amour chez les autres nous conduira à la souffrance sans faute, une personne abandonnée, peux se connecter à l’amour infinie qui jailli à l’intérieur d’elle.

Si nous avons manqué d’amour, nous pouvons passer notre existence à chercher dehors ce que nous avons déjà dedans.

Il existe aussi, des petites actions transitionnelles” comme adopter un animal, des auto cessions d’amour, les massages, nous offrir de cadeaux, qui peuvent détendre la situation, Même si, je le répète, l’issue réside dans le contact de notre enfant blessé pour lui donner, en tant que adulte responsable, les soins et l’amour qu’il demande. J’ai déjà vu des guérisons spectaculaires avec ce petit exercice.

Après il y a des thérapies, très efficaces pour guérir ce type de conduite, par exemple: Le travail sur les blessures de l’âme, les fausses croyances, la libération de l’ego négatif et l’ajout a une nouvelle loi de Vie, L’E.M.D.R, E.F.T, P.N.L, Hypnoses.

Le travail le plus direct contre tous ces types de sub personnalités, consiste à travailler notre identité à l’aide par exemple de ces 3 questions,

  • Qui suis- je?
  • Qui est- ce que je crois être?
  • Et qui est-ce que je décide d’être?

C’est une partie très importante des ateliers que j’anime : la dés-identification.

Nous avons créé l’auto saboteur, nous l’avons nourri, il est devenu une sorte de parasite. Sauf qu’il n’a pas de vie propre, et qu’il dépend de nous.

Qui sommes-nous réellement ? L’ÊTRE, est illimité, puissant, beau, il contient déjà tout, il est déjà tout ce qui nous aspirons être, et si vous avez l’impression que c’est compliqué : non, ça ne l’est pas.

Nous pouvons choisir d’agir à partir de nos comportements d’auto sabotage ou de notre être véritable, c’est seulement notre DÉCISION.

Partagez-le ! Il peut aider d’autres personnes.

Merci de partager cet article sur Facebook ou Twitter, en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous ou faites moi des commentaires, j’adore les lire et y répondre. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance!

Ana Sandrea

Thérapeute et Coach de Vie

Réagissez aussi !

  • Marc : 1 mars 2012 à 2:58

    En complément de cet excellent article, je vous suggère d’aller écouter la retransmission d’une web-conférence que j’ai donné le 16 février avec Ana sur ce thème.

    Vous y trouverez des explications détaillés sur l’auto-saboteur, ses mécanismes et comment vous en libérer.

    C’est ici que ça se passe :
    http://www.etrecreateur.com/2012/02/pour-en-finir-avec-l-auto-sabotage/

    Bonne écoute et cordialement, Marc Fleuriet

  • Pierre : 8 mars 2012 à 17:47

    merci pour cette aide 🙂

  • hehe : 23 mai 2013 à 12:35

    Bonjour;
    Je trouve cet aritucle très intéressant, et qui décrit bien ma situation,je vais vous faire part de mon cas je pense que mes auto-saboteur sont le « paresseux » et le « rêveur », je suis étudiante, il y a des moments où je me concentre réelement, mais beaucoup de temps pendant le cours je me mets à rêver et à penser à plein de chose, et subitement je me réveille et je vois que j’ai perdu le fil du cours.
    Parfois je dois travailler, mais je ne le fais pas, soit je perds mon temps à ne rien faire, comme si une force intérieure m’en empêchait,ou encore une fois je suis entrain de rêver ou de penser à autre chose, ça me jout des mauvais tours, ce qui est triste c’est que je croit que j’ai beaucoup de potentiel et que je peux aller loin dans ce que je fais, et aller au bout de mes rêves, cela ne fait pas longtemps que je sais que j’ai ce problème, et j’essaie de m’en guérir, pour ses origines je ne sais pas du tout, chaque fois que je vois quelqu’un plus doué que moi, ça me pousse à être inactif, alors que ça devrait me booster.
    J’espère pouvoir me guérir le plus vite possible.

  • Martine : 13 juin 2013 à 10:01

    Bonjour, merci de partager sur le web votre travail, c’est un précieux guide pour continuer sur le chemin de l’éveil.

  • lirvamit : 24 décembre 2013 à 12:29

    Bonjour, aujourd’hui 24 déc je me suis rendue compte que mon mari était amoureux d’une autre femme. Je ne lui en veux pas, j’ai toujours su que notre relation ne durerait pas car je n’ai jamais eu foi en moi. J’ai un mari très bon mais il s’est fatigué de mon tempérament négatif et je le comprends. Néanmoins, je suis à une période où j’essaie de sortir de l’auto-sabotage, de la souffrance inutile. Mais pour mon couple c’est trop tard, on divorce. Plus ça va plus j’essaie de prendre les bonnes choses mêmes petites (j’ai accepté un travail que j’adore et j’ai failli ne pas le prendre par crainte d’échouer). J’ai un regard très négatif sur moi et je projette sans doute cela sur les autres. Je n’ai pas confiance en moi et j’apprends tous les jours à avancer doucement. J’espère y arriver parce que je ne supporte plus de me faire souffrir moi-même inutilement et mes proches par boomerang. J’ai tellement envie que mes enfants se sentent aimés (pas comme ce que j’ai vécu). Pour cela je me mets en condition de me pardonner mes faiblesses, mon caractère spécial, mon manque de courage… Est-ce que des gens qui ont réussi à sort de leur mauvaise estime de soi pourraient me répondre ? Merci par avance

  • mathieu : 2 octobre 2014 à 7:54

    bonjour,
    je trouve cet article très intéressant,j’ai 61 ans et mon saboteur était l’abandonné rejeté pour devenir un super héros.
    j’ai souvent vécu des choses à répétition dans différends contextes mais qui étaient les mêmes.
    j’ai un potentiel énorme en moi, oh! je suis très créatrice
    relooking de meubles, couture,peinture et autres.
    je passe par une phase d’inaction ( moins de travail en ménage), en rentrant dans une phase professionnelle autre et cela me mets mal à l’aise moi qui suis de nature active et volontaire, avec le goût du service.
    il y a longtemps que je savais pour le saboteur que j’appelais juge (père) mais poser des mots et accepter que ce n’était qu’une construction c’est tout autre.
    j’ai aimé aussi la conférence avec Marc, de part sa diction et explications parfaites.
    j’aspire aujourd’hui à bien reconnaitre et à débrancher ce saboteur ,passer à autre chose et surtout ne plus avoir peur de l’engagement de tous ordres.
    encore merci

  • Lise : 12 octobre 2014 à 15:10

    Je cherchais le mot auto sabotage depuis des mois et ne le trouvais pas, mais je savais que je vivais cette problématique. C’est dire à quel point je ne voulais pas voir. C’est une amie à qui j’en ai parlé hier qui m’a retrouvé le mot et je me suis mise à la recherche d’articles sur le sujet. Cet article arrive à point ce matin.
    J’ai raté hier une occasion en or, que j’attendais depuis longtemps, de rencontrer certaines personnes qui évoluent dans un milieu qui m’intéresse et avec lesquels je souhaite interagir. J’avais déjà un ‘badge’ à mon nom qui m’attendait à ce colloque, mon ami, organisateur de l’événement, m’avait même fait un tarif étudiant. Je vivais un grand stress à l’idée d’aller à ce colloque, mais je me suis dit ‘let’s go, tu es capable de dépasser cette peur, tu y vas…’. Il ne me restait plus qu’à choisir ce que j’allais porter pour me sentir à l’aise et en beauté. Mon auto-saboteur était tellement fort que j’ai très mal dormi la veille, me suis réveillée en retard avec un mal de tête carabiné et mon cellulaire n’avait pas été chargé pendant la nuit(je ne pouvais partir sans). Conclusion je n’y suis pas allé et m’en mords les doigts aujourd’hui. Je n’en reviens pas encore, le message est tellement clair. Ma peur d’aller vers ce qui pourrait me faire du bien, améliorer ma vie et m’apporter du succès a pris toute la place. C’est tellement énorme que je réalise que je dois agir maintenant pour m’en sortir pour ne pas vieillir amère. Si j’étais à Paris, je participerais certainement à votre atelier. Je vais faire une recherche pour en trouver à Montréal, car je ne crois pas pouvoir m’en sortir avec ma seule volonté, c’est trop encré dans mon comportement inconscient. Merci pour cet article très éclairant. L’image de Bart Simpson représente si bien comment je me sentais hier. 🙂

  • ana sandrea : 16 juin 2015 à 9:48

    Bonjour Abby, oui, vous pouvez parler avec votre enfant intérieur, le verser etc.
    Mais par rapport à ce que vous racontez vous aurez besoin d’un travail en profondeur sur vos blessures.
    Et vous avez besoin aussi d’accompagnement, que ça soit moi ou quelqu’un d’autre.
    Ce genre des souffrances vous ne peuvent pas se traiter toutes seules.
    Belle journée

  • Abby : 18 juin 2015 à 7:32

    Grand merci , Ana. Vos conseils m’ont beaucoup aidée. Belle journée.

  • Abby : 25 juin 2015 à 15:31

    Bonjour, Ana.
    Je cherchais aussi le mot auto-sabotage :-s
    Votre phrase « le contact avec votre enfant blessé » m’a fait pleurer. Peut-on aller (en imagination) vers l’enfant qu’on a été, qui reste en nous, la bercer et lui donner, juste une fois, un peu de cet amour qui lui a manqué ?
    Les petites phrases assassines que vous citez s’enracinent pour des décennies. Et repassent en boucle même si on les a oubliées.
    Merci pour avoir donné des noms aux saboteurs, Ana. Il n’est jamais trop tard pour changer, devenir meilleure. C’est sans doute une des choses les plus difficiles pour un être humain.
    Bonne chance à vous tous.

  • Nadine : 17 septembre 2015 à 1:09

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site et j’en suis ravie, une mine d’informations de qualité que je recherche depuis longtemps !
    Ma question est : quel serait l’auto-saboteur pour une personne qui détruit toutes ses relations sociales avec -l’agressivité dans le ton,la parole
    -l’éternelle contradiction, qui répond toujours non automatiquement
    -l’affront
    – les reproches, les jugements ?

    Merci d’avance pour votre aide

    Amicalement

  • ana sandrea : 17 septembre 2015 à 6:17

    Bonjour,

    Merci pour vos mots.
    C’est très difficile pour moi donné une réponse précise pour une personne que je n’ai pas vu.
    Au même temps, on dirait un mécanisme de rejet. C’est à dire pour se faire rejeter.
    Je vous invite à regarder ma vidéo sur les blessures ou je détail mieux ces schémas.
    Ou mieux dans mon livre, ou vous trouverez des solutions à mettre en ouvre.
    Belle journée

  • Philippe R. : 28 décembre 2015 à 13:34

    Je crois bien que je me fais de l’auto sabotage, mais j’arrive pas à identifié la ou les causes. Je n’ai pas été mal traité ou souffert du jugement des autres. Mais je sais bien que je suis le pire juge de moi-même, et que je suis trop souvent l’artisant de mes propres malheurs par mes paroles ou mes choix mal avisé. Parfois j’ai l’impression que je ne peux jamais me faire confiance, que le moment ou je baisse ma garde le saboteur détruit tout mes efforts. La vie me fait souvent des faveurs et j’ai souvent l’opportunité d’amélioré mon sort, mais le saboteur en moi est très doué pour me faire raté ma chance ou me ramené à mon purgatoire sans fin après quelques jours ou semaines ou les choses venait à s’améliorer. Au fond de moi j’entretiens une rage que j’arrive pas à évacuer car je suis trop conscient que presque tout mes problèmes viennent de moi mais ce n’est pas dans ma nature de me déchainer sur moi-même ou sur les autres.

  • Véronique : 3 février 2016 à 21:21

    MERCI ANA…. tout cela me parle tellement ! c’est un vrai plaisir de vous lire. J’aime vos vidéos, vos écrits, ce sont de véritables pépites. Je comprends de plus en plus mes travers existants qui disparaissent progressivement.
    Je crois en vous, je crois en moi, je sais que le soleil brille pour tous et aussi pour moi.
    Bravo à tout votre travail et merci pour votre aide précieuse.
    Je vous embrasse

  • Framboise : 4 février 2016 à 9:39

    hola Ana !
    merci pour ton travail et tout ce que tu nous partages. quel gain de temps pour nous.
    je viens de trouver mon principal saboteur, j’en ai aussi identifié les origines, pré et post natales d’enfant pas vraiment bienvenu puis non accepté tel qu’il se révèle en grandissant.
    j’en connais sa fonction sur moi, j’ai aussi bien intégré que c’est une partie de moi guidée par mon système reptilien. j’arrive parfois, bien que trop souvent à postériori, à le voir agir.
    mais là où j’ai du mal c’est maintenant avec les questions « qui je suis? » et « qui je crois être? ». j’ai du mal à différencier les deux. pourrais-tu me donner des pistes de travail s’il te plait ?
    merci d’avance et belle journée à toi

  • ana sandrea : 4 février 2016 à 10:41

    Bonjour,

    Qui je suis c’est qui je suis potentiellement = Etre divin
    Qui je crois être = petit, limité, etc

    Belle journée

  • Mana : 5 avril 2016 à 13:22

    C’est parce qu’il est plus facile de déléguer son pouvoir de décision à quelqu’un d’autre et que cela représente même un certain confort et une certaine jouissance d’agir de la sorte pour bon nombres.
    Nous aliénons notre liberté en pensant que nous sommes dés lors libre car nous nous méprenons constamment sur le vrai sens de notre liberté.
    La société toute entière est même basée sur ce principe: la médiatisation est une forme d’aliénation de notre conscience au pouvoir d’action et de décision de la conscience d’un autre.
    C’est le carcan d’un système de valeur représentatif qui condamne notre capacité d’agir en nous condamnant à réagir uniquement au jeu des oppositions futiles et puériles qu’on nous impose.
    Dans les familles, c’est généralement le manque d’amour, de reconnaissance, de communication, d’argent… L’appauvrissement de la nature et de la civilisation toute entière au nom de fausses valeurs et de vérités toute faites qui ne veulent plus rien dire, l’asservissement au troupeau du plus grand nombre dépourvu d’esprit critique qui nourrit un tel système. De fait, politiquement, nous n’avons strictement aucun pouvoir de décision et le suffrage universel n’est qu’une sombre mascarade en terme de démocratie.

  • alliot : 30 mai 2016 à 8:15

    Bonjour à à
    c’est toujours avec plaisir que je lis vos mails.
    mon auto saboteur je pense l’injustice : car quand je dois payer un organisme j’ai l’impression d’être volée
    Humiliation aussi par la honte de ne pas mériter d’être aimé
    l’abandon aussi: je suis inexistante pour personne
    victime: car j’ai peur de tout.
    merci de répondre à mon message

  • alliot : 30 mai 2016 à 8:16

    Bonjour à à
    c’est toujours avec plaisir que je lis vos mails.
    mon auto saboteur je pense l’injustice : car quand je dois payer un organisme j’ai l’impression d’être volée
    Humiliation aussi par la honte de ne pas mériter d’être aimé
    l’abandon aussi: je suis inexistante pour personne
    victime: car j’ai peur de tout.

  • Fungun : 6 décembre 2016 à 21:00

    Bonjour
    J’ai 38 ans et ne traverse que des échecs je mets beaucoup de cœurs et d’énergie et toujours au dernier moment tout capote.
    Ma compagne m’avait parlé de l’auto sabotage mais grace à vous je pense me reconnaître dans chaque mots sans exemptions hélas.
    J’espère m’en sortir…

  • Christine Kerverdo : 8 janvier 2017 à 11:02

    Très bon article, clair et synthétique. On se retrouve dans certaines situations décrites! Merci pour cette étude approfondie et bonne année

Réagissez aussi !