1) Télécharger votre test gratuit puis, regardez les 3 courtes vidéos...

2) Surtout, regardez ces 3 courtes vidéos après avoir fait votre test ! Découvrez comment les blessures affectent votre vie à travers 5 exemples concrets.

Vous recevez ici en cadeau supplémentaire, la mini-formation qu'Ana Sandrea réserve aux gens de sa liste.

Ils se sont libérés de leurs blessures émotionnelles !

Pour vous aussi c'est possible !

La solution à vos souffrances émotionnelles existe !

Aidez-moi en répondant à ces questions :

  • Vous êtes vous reconnu dans une situation décrite dans la vidéo ?
  • Comment vos blessures vous freinent au quotidien ?

  • Quelle est votre plus grande souffrance émotionnelle ?
  • Comment sera votre vie sans cette souffrance ?

  • Est-ce que vous pensez qu'il est possible de guérir ?
  • Pensez-vous qu'une partie de vous résiste à cette guérison ?

45 réponses à “blessures du passé page de remerciement webinaire”

  1. yolande dit :

    oui je me reconnais dans surtout le rejet et l’injustice.
    cela m’handicape dans ma vie de tous les jours. je manque de confiance à tous les niveaux, ne me sens pas à ma place et souvent je m’isole. quand on me refuse quelque chose, je l’accepte mal. merci ana pour tout ce que vous apportez à tous.

  2. Josée Moisan dit :

    Bonjour Ana je me suis reconnue dans TOUT votre discours merci !

    MAINTENANT mes blessures ne me freinent plus au quotidien….

    Ma plus grande souffrance est de voir en toute conscience l’état du monde…..

    Ma vie a changé et elle changera encore pour le mieux je le sais….

    Bien sûr qu’il est possible de guérir puisque j’en suis la preuve VIVANTE 🙂

    Aucunes parties de moi ne résiste car je suis alignée en toute conscience, amour et compétence !

    Grand merci Ana pour votre travail !

  3. Marie dit :

    Merci Ana pour ton travail, c’est toujours un plaisir de t’entendre.

    Je pense malheureusement être passée par à peu près toutes les blessures, avec une prédominance pour le rejet, la trahison et l’injustice.
    Aujourd’hui, cela me bloque pour savoir qui je suis réellement, profondément.
    Je pense qu’il est possible de guérir et compte bien y arriver mais il est évident qu’une partie de moi résiste : grosse tendance à la procrastination quand il s’agit de prendre soin de moi.

  4. Josiane dit :

    En dehors de l’humiliation, j’ai l’impression que je souffre des quatre autres blessures, avec une grosse prédominance de l’injustice.

  5. DT dit :

    Bonjour,
    je me reconnais dans tous ces signes et j’ai du mal à avancer, je me sens bloquée toujours dans les mêmes problèmes quoique je fasse et dans toutes les situations et j’ai beau faire de changements , je me retrouve à chaque fois face au mêmes dilemne et j’ai compris que le problème est en moi: changez à l’intérieur de vous et l’extérieur y réPondra

  6. Gérard dit :

    Bonjour Ana,
    Je vous remercie pour ces conseils. En public, on ne m’écoute pas, je suis invisible. Je me sens isolé, invisible, je me renferme dans une bulle d’où des échecs à répétitions dans le domaine affectif et matériel. Il y a le rejet de la société et la trahison mais pas de mes parents. Ma vie sans ces souffrances ce serait le bonheur, la joie de vivre et de partager.

  7. Einnaw dit :

    Bonjour,
    Conscient ou inconscient nous avons tous ces blessures au fond de nous plus ou moins développées.
    Ayant déjà travaillé sur mes blessures, certaines résistent un peu car au quotidien, je continue d’avoir des difficultés relationnelles avec mon mari, avec l’homme en général et j’ai encore du mal à supporter l’injustice. Tout le monde devrait guérir ses blessures; cela aide à prendre du recul, avancer, à mieux vivre.

  8. Ginette dit :

    Bonjour Ana, je pense que j’ai toutes ces blessures mais j’ai l’impression qu’elle me viennent de l’enfance et l’adolescence. Mais disons qu’il y en a deux de plus marquées. J’ose espérer m’en défaire avec les techniques proposées. Ça m’endicape aux quotidiens par des symptômes et des malaises qui nuisent à mon bien-être tel mal de ventre, chaleur, rougeurs,peurs, manque de confiance etc j’ai tendance à fuir les situations mais je me parle pour combattre ces réticences. Ça fait des années que j’essai de trouver une solution miracle. Je me suis améliorée avec les années mais pas complètement. Merci pour ton aide

  9. Maria dit :

    Oui. Pour ma part, je me reconnais dans le rejet, l’humiliation et les autres à petites doses.
    Paf mon mari, la confiance que je lui ai donnée et qu’il a profité.

  10. Gauthier dit :

    Bonsoir, alors moi je me suis reconnue dans 3 personnes et ca me fait peur (abandon, humiliation rejet) j espère vite pouvoir m en sortir car je ne vie pas merci mon tous

  11. mell dit :

    je me reconnais dans toutes mais surtout dans celle de l’humiliation et de l’injustice.

  12. lane dit :

    je crois avoir rencontrer une ou plusieurs blessures.
    auto sabotage surement.
    echecs sentimentaux à plusieurs reprises
    difficultes à me détacher avoir envie de plaire et de surcroit beaucoup de colères et des problèmes financiers.
    je suis convaincue malgrés mes 60 ans d’une querisson possible….

  13. SALAUN dit :

    Bonjour Ana, oui j’ai reconnu celle de l’humiliation, de la trahison et du rejet. J’ai suivi une thérapie avec un psychologue, une formation avec Olivier Masselot que vous connaissez, également vu un magnétiseur,guérisseur qui est aujourd’hui un ami. Sans oublier mes lectures et la méditation pour un meilleur retour vers moi. Toutes ces personnes m’ont aidé et je me suis aidée. Quelques soubresauts sont toujours présents mais moins prégnants, j’ai encore des difficultés avec mon corps et ne suis pas en entière confiance avec le masculin. J’avance pas à pas… Encore merci pour ton engagement à transmettre. A mercredi 🙂 Belle soirée, Valérie

  14. evelyne dit :

    Bonjour Ana
    J’ai pas tous très bien compris ,moi aussi j’ai des problème auditifs, vous parler trop vite et je n’arrive pas à tout rengitrée .Mes souffrances a moi c’est que je n’ai pas connues mon vrai papa et n’ai pas sentie l’amour de ma mère, je me sentie rejeter .J’ai quant même une demie soeur qui m’adore et c’est quand même bien et aussi un jour revoir mon demi frère grace à ma demie soeur

  15. Lisa Clément dit :

    Bonjour,
    Je savais que j’avais quelque chose en lien avec l’injustice, mais jamais cela n’avait été aussi claire pour moi. Je me retrouve parfaitement dans le descriptif de cette blessure. C’est comme si tout ce que j’avais ressenti avait un nom, enfin! Maintenant je suis à un carrefour de ma vie (je sors d’un burn-out) qui m’a juste obligé à mettre le nez dans mes soufrances et j’en suis reconnaissante. Car jusque-là je n’étais pas vraiment en vie, jétais dans la survie (surtout dans le monde professionnel).
    Bien sûr que quelque part j’ai aussi peur de cette libération. C’est comme si tout s’ouvrait et que j’allais pouvoir faire des choix, autre chose, mais aussi riquer de me décevoir. Et ça c’est très très difficile comme sentiment.
    J’espère pouvoir passer outre et le voir comme une preuve de mon humanité; humanité dont je suis fière et que je revendique par ailleurs mais qu’au fond, je ne me suis jamais autorisé à vivre vraiment!
    Merci Ana pour ton partage 🙂

  16. Eric dit :

    Bonjour Ana
    Comment serait ma vie sans ma blessure d’humiliation ?…
    Je crains que trois respirations ne suffisent pas pour répondre… 🙂
    Evidemment libéré je suppose, mais aussi peur du changement de ce que je suis dans l’aide aux autres et la capacité d’abnégation, voire d’oubli de soi!…

  17. Eric dit :

    Bonjour Ans
    Incroyable !! Je suis en therapie depuis deux ans et viens enfin de me reconnaitre “trahi” depuis bien longtemps… Et l’impression que cela m’a suivi jusqu’à ce jour !!
    Merci Ans, suis impatient de découvrir la suite 🙂

  18. bertrand dit :

    Oui difficulté en public ,timidité ( 66 ans ) .Père adoré mais très sévère mort tragiquement d’un accident en mer :blessure d’abandon ?

  19. Riet dit :

    Je me retrouve dans chacune des blessures mais la dominante et la peur de l’abandon, le manque de confiance en moi et un grand besoin d’amour. J’ai appris par hasard, il y a quelques années que ma mère a eu un enfant avant moi, à l’age de 17 ans,qu’elle a du abandonner car elle était mineure à l’époque. Peut-on ressentir un évènement qui est arrivé avant nous. J’ai souffert également de timidité. je souhaitais danser sur scène et chanter et la peur des moqueries et la peur de mal faire m’ont fait ranger mes rêves très loin. Du coup, 2 mariages, échec sentimentaux, échecs professionnels, autosabotage;;;;la même chose que ma mère et ses soeurs. Aujourd’hui, j’ai pu faire de la scène, je retrouve mon premier et unique grand amour mais j’ai peur que ce souffrances reviennent et ne perturbent mes relations et mes réalisations personnelles.

  20. Monique Barbeau dit :

    J’ai de la difficulté à trouver ma place.

    J’ai une soeur jumelle identique. Avec elle, itout est simple et facile, c’est avec les autres que j’ai de la difficulté à trouver ma place.

  21. Marlou dit :

    Bonjour, j’ai fait une démarche dernièrement qui relègue les problèmes au passé… rien de mon passé n,influence mon présent. Ce qui m’oblige, ( c’est mon choix) à vivre au moment présent. «Je suis présentement à mettre en place de grands changements, et je trouve cela très difficile. Je trouve très inspirant les mots, processus… donc, je vais y arriver…quelque chose en moi résiste-t-il? ou a-t-il peur… oh, là il y a des oui !

  22. ARGOUD Madeleine dit :

    Je n’ai rien compris. J’ai des problèmes auditifs et la voix ne passe pas bien et surtout vous parlez trop vite pour moi et les mots se bousculent et sont donc indéchiffrable pour moi.
    Cordialement

  23. Meddah dit :

    Bonjour,
    Pour moi 2 blessure.
    Le vase à moitié plein,
    je ne c’est pas dans quel catégorie je le place. à partir de l’age de 3 ans mon père à été absent, il m’a beaucoup manquer, je l’ai retrouvé à l’age de 10 ans mais j’ai été déçu de l’avoir vu violent avec ma mère.

  24. Alphonse dit :

    Bonsoir Ana
    Oui je pense que l’on peut guérie a condition de connaitre la véritable cosse de nos blessure profondes ,car j’ai déjà beaucoup évoluer de puis ces dernière Année , et cela fait long temps que je cherche a découvrit mes blessures car même si j’en connait quelques une je ne les connait pas toutes.je suis certain qu’il y a en moi une partie qui résiste et qui veut que je m’occupe D’elle mes je ces pas comment faire pour la soigner

  25. Arlette dit :

    Bien entendu que je me suis reconnue et dans chacune de ces blessures en plus. Je suis passée par toutes les caractéristiques. D’où la difficulté d’en choisir une seule! Je suis incapable de faire un choix. En fait, je pense qu’une blessure peut en amener une autre et ainsi de suite tant que la 1ère n’a pas été résolue. c’est en tout cas comme ça que je le sens car je peux relier des situations chronologiques de ma vie qui correspondent à chacune de ces blessures et ce, jusqu’à aujourd’hui.
    Mon choix se portera donc sur la 1ère: le rejet.

  26. COUASNON Alphonse dit :

    Bonsoir Ana
    Ma plus grande blessure émotionnel est le manque D’amour et le manque de Reconnaissance

  27. rene dit :

    ma blessure
    trouver maplace

  28. Jeanne Y. dit :

    j’ai vécu 81 ans avec toutes ces blessures mentionnées dans vos vidéos. Malheureusement, après maints efforts, je ne crois plus m’en sortir. Il est trop tard. J’espère que vous êtes une magicienne psychique. Merci pour votre recherche.

  29. portella dit :

    bjour je penses etre concerner par plusieurs expl de votre video si ce n est les 5 expl merci de me donner un moyen efficace pour me debaraser de cet handicap sauf que je vais etre absent de chez moi donc de mon ordi pour la raison que je parts a paris pour une operation d un oeuil melanome claude

  30. Miguel dit :

    Oui, la guérison est bien sûr possible. La partie qui résiste est notre inconscient, mais il est difficile de le concrétiser pour dialoguer avec lui.

  31. Bri dit :

    À travers tout le brouhaha du quotidien je m’aperçois qu’il y a des situations qui reviennent en boucle dans ma vie. Quand je lis sur les 5 blessures je me sens interpellée. À mon travail je suis souvent au prise avec les situations négatives. Mes collègues de travail qui ont une position un peu plus élevé comme moi font comme si ces situations n’existaient pas quand elles arrivent. Résultat, je suis souvent seule face à l’adversité. J’ai beaucoup plus d’heures de travail à mon actif que les autres. Je suis épuisé. Burnout il y a quelques années. Quand des situations négatives arrivent j’essaie du mieux que je peux de les régler et que tout le monde soit content. Mais étant donné que je suis dans l’action, si ça ne va pas aussi bien qu’on le prévoyait ça retombe sur mon dos. Ça devient de ma faute. J’ai remarqué aussi, que vu la charge de travail, j’ai beaucoup de misère à avoir des congés et des vacances. Si je prends une semaine, une ou deux fois dans l’année les autres me font sentir que ça les fâche par pleins de petites manipulations et commentaires désobligeant subtils. Et quand je reviens, si il y a eu des problèmes, ils n’auront pas été réglés. Ils se seront accumulés et cela va alourdir mon retour. Résultat, parti le sentiment de repos. C’est pire qu’avant mon départ. Quand je suis en congé je suis tellement fatigué que j’ai de la misère à faire quelque chose pour moi. Le peu de temps que j’ai après les obligations familiales, je m’écroule sur mon lit plus capable de bouger à reprendre assez d’énergie pour retourner travailler et être capable d’assurer et m’occuper de mon enfant. Tout ça amène beaucoup de colère contre moi et contre les autres qui travaille avec moi, qui prennent les responsabilités les plus faciles et me laisse seule avec le reste. J’ai beaucoup d’endurance et de ressources intérieure, mais je dois trouver un moyen de guérir ce que je crois être une blessure d’injustice. Trouver l’équilibre et arrêter le mode survie. Je veux quitter ce job. Mais à quoi bon pour l’instant. Si je ne guéris pas je vais sûrement reproduire la même chose ailleurs.

  32. Aline dit :

    Bonjour,
    ma plus grande blessure est d’avoir été abandonnée et manipulée par mon ex qui m’a également beaucoup menti, depuis 2 ans je me suis renfermée en moi et n’ai plus confiance et moi ni en personne, je vis très seule

  33. karin dit :

    bonjour
    oui ça me parle. je suis dans une impasse et je ne sais plus en sortir.
    le monde est hostile à mon sens, pas moyen d’y trouver ma place ni même une place ! je suis “invisible”

  34. François FRANCOIS dit :

    oui, je pense, je crois profondément en notre capacité à guérir de nos blessures en suivant la voie de la connaissance de soi et en n’hésitant pas à aller chercher une aide extérieure. Nous sommes profondément malléables et transformables : tout ce qui vit bouge, évolue, se transforme.

  35. François FRANCOIS dit :

    ma plus grande souffrance est le sentiment d’injustice et de manque de respect. Cela génère de la colère.
    Si je n’éprouvais pas cela, je serai totalement pacifié.

  36. François FRANCOIS dit :

    je me reconnais en partie dans chacune des blessures décrites. Parfois, je reconnais certains traits de mon caractère mais pas la description physique qui va avec. Il faudrait que je fasse un panaché des différents blessures en prenant ce qui me correspond pour établir un portrait psychologique et physique ressemblant
    Enfin, je reconnais des blessures guéries, des comportements que j’ai eu (comme les dépendances à l’alcool et au tabac ou avoir du mal à trouver ma place) mais que je n’ai plus.

  37. Joyëlle dit :

    Merci Ana pour le beau travail que tu fais. Il est très important que toutes les personnes de cette planète prennent leur véritable place tant au niveau de leur oeuvre sur terre qu’au niveau affectif; financier etc. Et il est très important que les thérapeutes se mettent ensemble pour offrir les meilleures possibilités aux personnes dont elles s’occupent plutôt que de faire du chacun pour soi, en pensant que leur méthode est la meilleure … Ma mission est aussi d’aider toutes les personnes qui le souhaitent à être tout simplement heureuses et c’est merveilleux de pouvoir aider les autres à s’aider car je ne suis rien d’autre qu’un révélateur de la conscience de l’autre … Il est temps de laisser l’égo être l’élève de notre coeur, et d’utiliser les nouvelles énergie et méthode à disposition, même si les enseignes sont encore d’actualités pour encore quelques temps. Mais chaque thérapeute en continuant sa propre évolution est appelé à aller beaucoup plus loin dans ses outils et méthodes de travail . Très belle journée à vous toutes et à vous tous.. Plein de joie, d’amour et de paix.

    https://youtu.be/pjWubEKixFUMon parcourt de vie.

    Joyëlle.

  38. Joyëlle dit :

    Bonjour, Je connais bien les blessures de l’être de Lyse Bourbeau, et j’ai eu envie quand je les ai decouverte d’aller aussi un peu plus loin dans cette démarche. Mais depuis, j’ai été inspirée à créer une méthode de nettoyage du passé,sous forme de tableau 5 peinture personnalisée ) qui utilise la physique cantique, la connexion etc. Je te laisse mon site si ça t’intéresse je serais heureuse de te faire connaitre mon travail. Joyëlle http://www.creez-votre-vie.fr

  39. Hélène dit :

    Andrea
    Comme tu ne cites pas du tout Lise Bourbeau, cela me pose question.Je voudrai savoir si tu as eu une autorisation pour utiliser son travail.

    • ana sandrea dit :

      Je cite dans plusieurs de mes vidéos à Lise Bourbeau, et je dis que pour certaines partis théoriques je me suis inspiré de son travail.
      En revanche, dans cette conférence il s’agis de “guérison des blessures” et mes méthodes (crées par moi même) n’ont rien à voir avec ceux de Lise Bourbeau.
      Mais merci pour poser la question.

  40. Béatrice dit :

    Si je dois uniquement considérer une blessure qui a été faite dans la petite enfance, j’ai de loin la blessure de l’injustice, devant prendre des responsabilités bien trop petite et devant absolument toujours faire mieux que ce que je faisais déjà (notes à l’école,…). D’un côté j’ai fais de grands progrès. (j’ai pardonné et décidé de ne plus subir). Je suis de nature sociale, souriante et positive, cependant je peux bien être seule. J’ai eu la blessure du rejet, mais pas dans la période que vous indiquez qui m’a bien intoxiquée. Actuellement, j’ai passé du cauchemar au rêve, tout SAUF que j’en ai trop fait et j’ai reçu accidentellement un coup qui m’invalide depuis 4 ans et m’empêche de faire énormément de tâches (+ burn out). Je dois beaucoup déléguer à mon mari exceptionnel, mais souvent il fait juste ce qu’il ne fallait pas faire et du coup nous nous retrouvons avec 10 tâches en plus. Cela me stresse trop souvent, me fait paniquer, me met en tension trop souvent, bien que j’ai une belle faculté de lâcher prise,(surtout que nous avons des deadlines qui deviennent serrés) je fais pour finir moi-même et reste ainsi dans le cercle vicieux de la douleur de l’accident et de la tension qui me fait mal. Un comble! Je veux en guérir, j’y crois, je n’ai pas envie de passer à côté de toute cette chance que j’ai autrement maintenant! J’en souffre et mon mari aimerait aussi faire quelque chose, je ne sais pas ce qui résiste en moi, en lui?

  41. Kling dit :

    Bonjour
    Je commençais à mettre en pratique cet élément “ne pas lui accorder de crédit” et je vous découvre tous les deux avec toutes vos explications simples (Ana Sandrea et Marc Fleuriet, le coaching de l’âme, les vidéos…) !
    C’est une bonne chose pour moi de trouver un écho positif sur la réalité de ces souffrances accumulées et non traitées qui nous influencent bien trop souvent et qu’on ne s’explique pas forcement ! J’y ai trouvé un peu plus de confiance et de clarté dans ma démarche personnelle parce que je partage vos opinions sur le sujet.
    Bravo pour votre travail et merci pour votre générosité 0°)
    Marcange

  42. evelyne dit :

    Bonjour
    oui je suis sûre que je peux guérir c’est un choix comme celui de rester dans la souffrance, après il est bon de trouver les résistances intérieures inconscientes. les 2
    blessure d’abandon et de rejet.Les difficultés dans ma vie c’est que je demande beaucoup de reconnaissance et j’ai beaucoup de difficulté à me séparer lorsque je suis avec quelqu’un que j’aime . cordialement

  43. marie dit :

    oui je ressens de l’abandon mais cela ne date de ma petite enfance j’ai une mère très aimante qui ferait tout pour ses enfants , je ne sais pas d’ou ça vient je suis très angoissée pour mes enfants même s’ils sont maintenant adultes, j’ai des problèmes de poids , je réussis dans mon travail mais je rate ma vie affective, je ne rencontre que des personnes non libres et même si je pense, bien sur, qu’on peut guérir, j’ai la peur de la solitude….

  44. BALLESTER dit :

    Bonjour,
    Bien sur, je me suis reconnue dans ces blessures.
    Je souffre de l’abandon et de la culpabilité depuis des années. Ca freine ma vie et surtout je me sens mal. J’ai teste différentes approches et thérapies sans vrai succès a ce jour. Il est certain qu’une partie de moi résiste. Oui j’espère et je crois qu’il est possible de guérir. Et je le souhaite très fort. Merci
    Bien a vous.
    Mireille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.