Bernard Weber fait cette analogie : Dans une fourmilière il y a approximativement, un tiers des fourmis qui sont vraiment actives, productives, créatives et qui travaillent pour le bien être commun. Un tiers des fourmis sont nocives pour la fourmilière et un tiers sont complètement suiveuses où apathiques. Il pense que cela pourrait être le cas des humains.

Bernard Weber fait cette analogie : Dans une fourmilière il y a approximativement, un tiers des fourmis qui sont vraiment actives, productives, créatives et qui travaillent pour le bien être commun. Un tiers des fourmis sont nocives pour la fourmilière et un tiers sont complètement suiveuses où apathiques. Il pense que cela pourrait être le cas des humains.

Et vous ? Qu’en pensez vous ?  Vu que la nature ne se trompe jamais, quel serait l’intérêt de ces 3 catégories de fourmis ? Pour moi l’intérêt de ces 3 catégories de fourmis et peut-être des humains, c’est que, dans une société nous...