http://asandrea.files.wordpress.com/2011/11/cancion_triste1.jpgLa semaine dernière, j’ai posté un article intitulé «Cultivez votre vraie nature!»   J’ai reçu plusieurs messages de personnes qui me demandent que faire avec les émotions négatives ? 


Ces personnes ont lu mon esprit, car justement j’avais déjà prévu d’en parler aujourd’hui.


Comme je l’ai expliqué dans mon article antérieur, les émotions négatives n’existent pas. Notre vraie nature est l’amour, la paix, l’enthousiasme, la passion… Quand nous nous éloignons d’elles, à cause des blessures, peurs, mécanismes de déni de soi, mode de vie coupé de notre vraie nature, etc., apparaissent alors les émotions négatives.


Les émotions négatives sont là pour nous rappeler que nous ne sommes pas en train de révéler qui nous sommes en réalité.
Elles sont des outils précieux pour la recherche de soi.


J’ai constaté que beaucoup de personnes (dans le passé, je l’étais aussi) sont adeptes des émotions négatives. Cela veut dire que ces personnes se complaisent d’une façon ou d’une autre à ne pas exprimer qui elles sont (je vous répète joie, optimisme, abondance…)


Généralement, elles ne sont pas conscientes de l’être. Si on leur pose la question, elles diront : « Mais bien sûr que j’aime me sentir bien ! » sauf que les faits démontrent le contraire.


Il y a de multiples sources d’émotions négatives. Aujourd’hui, je vais vous parler d’une source qui passe souvent inaperçue : « NOTRE MODE DE VIE ».


Je vais vous démontrer à l’aide d’un questionnaire comment nous faisons pour générer des émotions négatives au quotidien :


TEST:

  1. Regardez ou écoutez-vous souvent des informations, des films d’horreur, des programmes violents ?
  2. Dans votre voiture, ou avec votre baladeur ou autre, quel type de musique écoutez-vous ?  De la musique violente, du heavy metal, des chansons tristes ?
  3. Lisez-vous souvent les journaux (parce qu’il faut être informé), les nouvelles des crises, de la politique, violence, morts, tragédies, etc. ?
  4. Dans vos conversations, les sujets qui reviennent le plus souvent sont-ils les conflits, les plaintes, les critiques, la violence ?
  5. Avez-vous établi avec votre entourage des relations dysfonctionnelles, conflictuelles ?
  6. La plupart des personnes qui vous entourent sont-elles négatives, violentes, déprimées ?
  7. Est-ce que vos proches vous soutiennent, croient en vous, s’expriment négativement à votre égard ?
  8. Vous êtes du type plutôt problèmes que solutions ?
  9. Vous pensez et racontez vos problèmes sans chercher à vous en sortir ?
  10. Vous êtes « sensible », c’est-à-dire qu’un commentaire, vécu ou autre, peut vous faire dégringoler très rapidement dans l’échelle des émotions, et contacter des émotions telles que la peur, la tristesse, la haine… ?
  11. Quand vous vous retrouvez dans les émotions citées ci-dessus, vous continuez à les nourrir avec la pensée, avec vos actions, jusqu’à les augmenter ?
  12. Vous êtes de ceux qui croient que dépasser les expériences douloureuses du passé est impossible, et qu’il faut vivre avec ?
  13. Malgré le fait que vous vous sentiez mal (enragé, angoissé, déprimé…) depuis des années, vous n’avez pas engagé des voies de sortie, thérapie, stage, pour sortir de votre mal-être ?
  14. Malgré le fait que vous vous sentiez mal (enragé, angoissé, déprimé…) depuis des années et que vous ayez engagé par exemple une thérapie, et que vous ayez l’impression qu’elle ne marche pas pour vous, vous continuez sans chercher d’autres solutions ?
  15. Malgré le fait que vous vous sentiez mal (enragé, angoissé, déprimé…) depuis des années et que vous avez fait des stages, suivi des thérapies, et que vous ayez constaté qu’elles marchent pour vous, vous ne pratiquez pas les outils appris et vous ne changez pas votre vie quotidienne ?
  16. Vous n’avez pas d’activité physique ?

Réponse : Plus les oui s’accumulent, plus vous avez de fortes chances de créer avec votre mode de vie des émotions négatives.
Si ces questions vous ont aidé à prendre conscience d’une petite ou d’une grosse tendance aux émotions négatives, je vous suggère de passer à l’acte et vous verrez comme vos émotions s’améliorent.
http://asandrea.files.wordpress.com/2011/11/sola-triste1.jpgSi au contraire, malgré le fait d’avoir répondu non à la plupart des questions, vous émotions vous submergent, je vais vous donner un outil qui marche très bien.
Je vous ai déjà raconté ce qui suit dans l’article “Prérequis pour se considérer célibataire, la suite” il y a quelques années.
Il y a maintenant trois ans j’ai vécu une rupture douloureuse, laquelle a ouvert certaines blessures en moi, et il y a eu des moments pendant ce processus où j’ai senti certaines blessures se rouvrir. Il y a eu des moments où j’ai senti beaucoup de tristesse. Un jour, j’ai décidé de me connecter à cette tristesse, et j’ai observé ce qui arrive.
Qu’est-ce ce que j’ai fait ?


LE SYSTÈME C.A.M.E (CONNECTER AVEC MES ÉMOTIONS)

1.    J’ai arrêté de m’agiter. Quand nous sommes tristes, nous avons tendance à nous agiter (travailler, faire le ménage, aller au salon de beauté, prendre de l’alcool, drogues, etc) afin de ne pas contacter cette émotion si embarrassante. Sauf qu’une fois que votre maison est très propre, ou que vous revenez du salon de beauté, vous avez dépassé votre gueule de bois, l’émotion continue.


http://asandrea.files.wordpress.com/2011/11/foto-gota-de-agua.jpg2.    Les émotions sont un message de notre âme à nous-même, le mieux c’est de les entendre, pour éviter qu’elles se transforment en maladies. La plupart des maladies sont des émotions non travaillées.


3.    Je me suis allongée dans mon lit et je me suis relaxée.


4.    Je me suis donné la permission de ressentir ma peine et je lui ai donné le droit d’exister.


5.    Je l’ai connectée.


6.    Je me suis laissé pénétrer, posséder, habiter par ma tristesse, j’ai accueilli les larmes, et l’émotion est devenue tellement forte que j’avais mal d’une manière physique. Au bout de quelques minutes, elle a commencé à disparaître en laissant la place à une grande paix.

Cet article vous a plu ? Partagez-le ! Il peux aides d’autres personnes.

Merci de partager cet article sur Twitter ou sur Facebook, en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous ou faites moi des commentaires j’adore les lire. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance!

Ana Sandrea

Thérapeute et Coach de Vie